Peinture

La peinture est une fenêtre sur un monde intérieur, un monde que nous devons explorer sans œillères, en toute honnêteté. 

La peinture comme témoin d' un mouvement migratoire et introspectif, comme un témoignage de l' errance de l' âme en elle même. Des tableaux donc pour rendre compte de ces paysages émotionnels que l' on parcourt aussi bien dans le rêve et l' inconscience que dans chacune de nos activités journalières parfois sans même s' en rendre compte. 

" Comme j' aimerais entendre,

lorsque le soleil sera bien haut,

Les carillons clairs, les cloches et les matines

De la rédemption venue d' en bas, 

De l' église qui se réveille au fond de la vallée "

" Les matines " peinture à l'huile 120x90

" Comme un frère très pauvre

Je fais l' aumône de tes caresses.

Dans les cités du nord, avec leurs rues très hautes, 

J 'implore ta tendresse.

Je porte une couverture usée,

Compagne de laine, compagne de papier,

C' est là ma seule compagne.

Comme un frère très pauvre 

Le grand amour m' a banni,

Je marche seul en ce jour béni parmi les hommes

Mais mon cœur n' est pas affaibli ."

"Les rues très hautes" peinture à l'huile 120x90

" C' est un sommeil semblable à l' éveil,

Paisiblement lové dans l' immense trame de la forêt.

Plongé dans le comas poétique des profondeurs

Mon songe est l' abîme mélancolique

d' une perfection sans fondement.

Mes yeux sont troués

et c' est l' antre des fées 

Qui y introduisent leurs vertes images. "

"La trame de la forêt" peinture à l'huile 110x90

"Voici la coupe, 

voici le sang qui sent le miel.

L' or de la sève coule dans mes capillaires,

Son sucre nourrit ma peau d' écorce et de papier.

Chaque mouvement plein de vie végétative 

implique les mille craquements de mon corps de bois.

Mon cœur porte son feuillage où nichent les oiseaux,

et nous vivrons mille ans au rythme du sous-bois.

Vois comme notre ramure est immense,

Nous sommes l' esprit de cette forêt

et notre conscience florale se nourrit de l' amour des saisons ."

" La vacuité, le sang qui sent le miel" peinture à l'huile 110x80

" Ce souvenir consomme notre mémoire,

 pour toujours vers ce jour tournée."

 

" De part l' éternité qui fut injectée en cet instant

nous vîmes tout d' une seule et même lumière."

" Nous vîmes le monde sans voile, dans une brillante unicité"

Nous ne vîmes ni couleurs ni formes,

nous ne vîmes non plus ni ombres ni obscurité.

Notre esprit s' est dissout

" Nous fûmes pour la première fois grands ouverts. "

" Une seule et même lumière" peinture à l'huile 120x90

" Voici la douce pluie et ses parfums à pétales,

Fruits et délices d' un monde endormi.

Laissez vos mains filer cet or,

Tissant l' accalmie estivale,

Elles ont leurs vies propres et agréables.

Elles ont leurs souvenirs lointains,

Leur danse particulière,

Comme les araignées ouvrières

Des chefs d' oeuvre anciens. "

" Les parfums à pétales " peinture à l'huile 100x80

Comme j' aimerais plus dormir

Et renaître après le mauvais temps passé.

Pas  d' échappatoire !

Le ciel clair est vaste,

Partout il enlace de ses arcs voutés.

Dans le silence inhospitalier de la pauvre terre,

Après ce méchant coup porté

et l' abandon du grand soleil

Voici que je suis un homme sauvage,

par le nouveau temps porté.

" L'abandon du grand soleil" peinture à l' huile 120x90

Gloire à celui qui n’ est plus seul
Lorsqu’il découvre en lui le monde et ses frères.
Gloire pour toi qui découvre
Que les peines et les joies ne sont pas éternelles,
Qu’elles ne sont que de fades contenants
De l’ or si pur dont l’ âme est faite.
Gloire à celui qui, acceptant de souffrir,
Souleva son masque pour se contempler si pure et si blême.
Mais surtout gloire aux belles créatures
Et gloire aux femmes qui, même en enfer
Se démènent pour libérer les cœurs en cage.

L' or si pur dont l' âme est faite

" L' or si pur dont l' âme est faite" peinture à l' huile 120x90

Ton oeil est ma conscience


Toi qui est la vie de ma vie, toi qui me soutiens,
Toi qui parle, toi qui aimes, toi qui penses,
Toi qui enfantes ce rêve pour y graver ton éternelle beauté,
Toi qui jamais ne pleures, toi qui jamais ne sombres et jamais ne ris,
Toi seul qui est immuable et incorruptible,
Toi à qui nous tournons le dos croyant fuir pour échapper à ton jugement,
Ton œil est ma conscience et seule ta paix peut être ma paix.
Je suis inclus en toi et toi tu es,
par ton infinie présence, tout entier en moi.

 

 Lorsque je m’ égare dans les chemins obscures
Et que tout autour de moi se fait oppressant, revêtu de poison et de piques,
La honte me ronge et m’ écrase comme un lourd manteau de plomb.
J’ en pleure, j’ en rage,
Dans mon lâche silence je vois ton cœur meurtri
Par ma langue faite ronce.

" Ton œil est ma conscience" peinture à l' huile 120x90

                                                                atelierlazart